Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature

  • La lecture en fête au CDI de Notre-Dame

    Des livres plein la hotte : cet hiver, le père Noël a déposé de nombreux ouvrages emballés pour petits et grands au CDI (Centre de documentation et d'information) de l'établissement, à découvrir chaque jour au fil d'un calendrier de l'Avent aux enveloppes soigneusement cachetées.

     

    IMG_20171205_160045_508.jpgIMG_20171205_160224_962.jpg

     

    Une manière ludique d'aborder la lecture, qui s'articule autour de thématiques renouvelées mensuellement, en lien avec l'actualité du moment : droits des enfants, Grande Guerre... Les réjouissances de fin d'année n'éclipsent pas le sérieux, voire la gravité de certains sujets. « Il s'agit d'aborder le livre dans sa diversité, sous toutes ses formes », abondent les documentalistes Yvette Vermorel et Thomas Duperret. « Il n'y a ni sotte lecture, ni genre prohibé ».

     

    affiche thème novembre.jpg

     

    Véritable fil d'Ariane d'une action de réhabilitation menée de concert avec l'école primaire Sainte Marie, la lecture manuscrite présente mille vertus, nourrissant l'imaginaire, le vocabulaire et l'esprit critique, tout en offrant à ses jeunes adeptes l'occasion de focaliser l'attention que leur dérobent, trop souvent, les sollicitations permanentes d'écrans de plus en plus envahissants. Sans pour autant rejeter en bloc les bénéfices avérés des nouvelles technologies : ainsi les lycéens profitent-ils depuis septembre dernier, d'une revue de presse journalière directement consultable sur leur smartphone. Vivre avec son temps, oui, mais à bon escient !

     

    maquette college.jpg

     maquette a3.jpg

     

  • PETITE FORME MAIS GRAND SPECTACLE AU LYCEE NOTRE-DAME

    L'école a accueilli mercredi 6 décembre le comédien Denis Lejeune pour une petite forme, c'est-à-dire une représentation théâtrale reposant sur la performance d'un seul et unique acteur. Professeurs et élèves nous font part de leur expérience. 


    La pièce selon Marion, Louna et Ophélie, élèves en classe de 2nde option Littérature et Société :

    IMG_20171211_173228_319.jpg
    "Les élèves de première, de terminale L et de littérature et société ont eu la chance d’assister à une miniature dérivée de la pièce Andromaque de Racine. La représentation de mercredi, dans nos locaux, a été une excellente mise en bouche avant d’apprécier le plat de résistance qu’est le spectacle Andromaque (un Amour fou), à la comédie de Saint-Étienne, le vendredi 15 décembre.

    Délicieux mélange du tragique racinien et du théâtre moderne, ce long monologue de 17 pages pour un seul point, écrit par Boris Le Roy, joué par Denis Lejeune et mis en scène par Émilie Capliez, est seulement présenté aux scolaires. Astyanax, fils d’Andromaque et feu Hector, se rappelle de sa libération en mélangeant tragique et comique. D’une part, le registre tragique, par la pitié ressentie pour le sort d’Astyanax, victime de la guerre entre Troie et les Grecs, et pour Andromaque, représentée par une chaise blanche dans cette création, symbolisant sa vertu. D’autre part, le registre comique, par la mise en scène d’une chute, de la mort des personnages ou de la scène avec Hermione.

    Ayant ensuite pu s’entretenir avec le comédien, les lycéens très attentifs ont appris ce que représente ce métier dans ses avantages comme ses inconvénients. Ils ont remarqué sa qualité de jeu par son implication corporelle totale dans tous les personnages. Ils ont également compris que le public, était aussi acteur à part entière par sa présence, ses réactions et la double énonciation de tout texte théâtral."

     

    IMG_20171211_173209_395.jpg

    La pièce selon l'équipe pédagogique :

     

    "En ce mercredi 6 décembre un peu brumeux, au matin, les élèves de Première et les Littéraires du Lycée Notre-Dame ont vu leurs cieux s'ensoleiller grâce à la prestation remarquable de Denis Lejeune, de la Comédie de Saint-Etienne, qui a interprété devant eux Moi, Fils d'Andromaque.


    C'est ce qu'il est convenu d'appeler une petite forme, c'est-à-dire un spectacle pour un comédien, en lien avec une autre pièce - en l'occurrence Andromaque (un Amour fou) -, que les lycéens verront dans la salle Jean Dasté le vendredi 15 décembre.

    Avec une maestria sans égale, le comédien issu de l'Ecole de la Comédie a su donner corps et voix à celui que l'on ne voit pas, que l'on n'entend pas chez Racine, mais qui est pourtant le grand enjeu de la pièce, puisqu'il s'agit de savoir si Pyrrhus livrera Astyanax aux Grecs, ou s'il le protégera. Dans un texte de Boris Le Roy, mis en scène par Emilie Capliez, ce sont tous les ressentis de celui qui est l'otage d'une guerre qui ne fut pas la sienne, de marchandages auxquels il ne peut que se soumettre, de débats intérieurs sur lesquels il n'a aucune prise...

    A l'issue de la représentation, les élèves ont pu discuter avec le comédien et Marie Kuzma, médiatrice auprès des scolaires. Même si les langues mirent un peu de temps à se délier, ce fut un échange plein d'enseignements, sur le parcours personnel de Denis, le métier de comédien, la difficulté de l'exercice, le texte de la pièce, d'une beauté d'ailleurs fulgurante.

    Tous ont été ravis de ce moment de partage, et de cette interprétation à la fois en puissance et retenue, qui leur permettra de mieux préparer le spectacle qu'ils iront voir, et de mieux en apprécier les finesses, puisqu'il s'agit d'une mise en abyme de la représentation d'Andromaque, avec les interrogations d'une troupe et le regard d'un cinéaste réalisant un documentaire sur les répétitions."

  • DEUXIEME SPECTACLE A LA COMEDIE DE SAINT-ETIENNE POUR LES ELEVES DU LYCEE NOTRE-DAME

    Ce vendredi, les Premières du Lycée Notre-Dame se sont rendus à la Comédie de Saint-Etienne pour le deuxième spectacle de leur abonnement.

     

    Et c'est à une mise en scène pour le moins innovante qu'ils ont assisté. En effet, Jacques Vincey a renouvelé la lecture de Shakespeare dans son adaptation du célèbre Marchand de Venise.

     

    Partant du texte du célèbre dramaturge anglais, avec la complicité de Vanasay Khamphommala qui a retravaillé les répliques, tranchant dans le vif, ajoutant beaucoup pour moderniser, la troupe a donné à cette pièce une dimension radicalement contemporaine, montrant que les préoccupations de l'époque élisabéthaine avaient leur pendant exact dans notre société du XXIè siècle.

     

    Au sein d'une civilisation qui a vendu son âme au consumérisme, à l'intolérance, au mépris égotiste d'autrui, face à la poussée des extrémismes, se posent les vraies questions : quelle est la valeur exacte de l'être humain, y a-t-il encore place pour un épanouissement individuel, existe-t-il pour chacun d'entre nous une vraie liberté ?

     

    Dans une scénographie haute en couleurs, portée par une troupe endiablée, la pièce n'a pourtant rien perdu de son lyrisme, de son comique carnavalesque, de son mordant initial.

     

    Et les élèves ont été séduits par cette prestation, qui une nouvelle fois dépoussière les classiques, leur donnant toute leur acuité tout en poussant les jeunes à une remise en cause salutaire.

     

    IMG_1572.JPG

  • Les lycéens de Notre-Dame rencontrent Brigitte Giraud, désarmante de sincérité

    Afficheblog.jpgTiercé gagnant : la librairie charliendine du "Carnet à Spirales" a reçu vendredi 20 octobre dernier la romancière Brigitte Giraud, succédant à ses confrères Cyril Dion et Miguel Bonnefoy, tous trois en lice pour le prix littéraire Nostra Damus que remettra l’établissement cet hiver. Avec pudeur et humilité, l’auteure a retracé la genèse de son dernier ouvrage, Un loup pour l’homme, sélectionné pour le Goncourt des lycéens et plébiscité par nos propres élèves de seconde, option “Littérature et Société”, présents à l’événement.

     

    Le roman, à consonance historique, relate l’histoire d’Antoine, jeune appelé pour l’Algérie des années 60 qui fait le choix de l’infirmerie pour ne pas tenir une arme et se découvre, à travers les soins qu’il prodigue à Oscar, mutilé de guerre, une authentique vocation de soignant. Un sacerdoce d’autant plus fort que l’horreur du front, à laquelle il croyait échapper, charrie au quotidien son lot d’amputés et de destins brisés dans les locaux étouffants de ce dispensaire de santé. Oscar ou sa raison d’être, dont même l’arrivée de Lila, son épouse enceinte de leur premier enfant, ne saurait le détourner.

     

    Alors que les mémoires collectives nationales du conflit cohabitent encore difficilement des deux côtés de la Méditerranée, Brigitte Giraud se concentre pour sa part sur l’intime, loin de toute polémique du souvenir : l’Algérie devient la toile de fond de son histoire familiale ; Antoine, son père, Lila, sa mère, deux "presque" adultes amenés à grandir prématurément sous la menace d’une guerre larvée, imminente, qu’alimentent les rumeurs les plus extravagantes, fruits gâtés de soldats épuisés d’attendre des combats qui ne viennent pas.

     

    Un soupçon d’autobiographie donc, mais seulement prétexte aux interrogations universelles que seul le genre IMG_20171117_085243_995.jpgromanesque peut autoriser sans bousculer, au premier rang desquelles les multiples facettes de la virilité : si l’on encense les guerriers, l’infirmier, seringue au poing, n’est-il pas tout aussi masculin, à réparer les corps meurtris, panser les plaies du corps et de l’esprit ? Et que dire de l’intrépide Lila, vaillante dans la tourmente, à rejoindre Antoine malgré la maternité, insolent affront à cette passivité de genre que voudrait lui assigner la société ?

     

    Et puis il y a les camarades de chambrée, cette indéfectible fraternité dans l’adversité. C’est là le coeur de l’ouvrage, tout entier dédié à cet amour inconditionnel sublimant parfois les êtres qu'enserre le joug d'un plus grand danger : le "loup pour l’homme", cette raison d’Etat qui jette aveuglément les individus les uns contre les autres. Les manipulations des deux camps aussi face à la naïveté des appelés, Antoine comprenant au fil du roman que cette campagne de vaccination dans les campagnes algériennes, anodine d'apparence, ne vise en réalité qu'à contrer la mélopée grandissante des sirènes de l'indépendance auprès des populations.

     

    L’Algérie de Brigitte Giraud ne bascule jamais dans l’angélisme. Les cicatrices sont dures, les blessures purulentes ; pourtant se dégage de chaque page une infinie tendresse, l’empathie du soignant au geste gratuit. La douceur d’Antoine, l’apposition caressante de ses mains, enveloppent le lecteur et ne le quittent plus jusqu'au dernier refrain : une oeuvre que l’on referme à regret, comme un gros chagrin après les fêtes de fin d’année quand s’évanouissent les solidarités hivernales, de celles qui naissent blotti au coin de l’âtre, lorsqu’on se dit soudain qu’on céderait volontiers un peu de chaleur à son prochain.

     

    IMG_20171117_084437_162.jpg

  • Du merveilleux en toutes lettres selon Miguel Bonnefoy

    Afficheblog.jpgEt de deux ! Après Cyril Dion, c’est avec une certaine fébrilité que nos élèves de seconde, option “Littérature et Société”, attendaient mercredi 18 octobre dernier l’arrivée de Miguel Bonnefoy, invité d’honneur de la librairie charliendine du “Carnet à Spirales”. L’auteur figure parmi les trois nominés du prix littéraire Nostra Damus qu’organise l’établissement cette année, pour la publication de son roman Sucre Noir, unanimement salué par la critique en cette rentrée littéraire.

     

    Le jeune écrivain, dont l’oeuvre déjà prolixe a recueilli quelques récompenses d’envergure - notamment le Prix littéraire de la Vocation 2015 pour son Voyage d’Octavio, n’a cette fois encore pas démérité, tenant en haleine son auditoire durant plus d’une heure au fil d’une explication de texte animée et théâtrale, à l’image de Sucre Noir, incessant bouillonnement de vie aux teintes chatoyantes, à rebours du titre de l’ouvrage.

     

    Un chatoiement que l’on retrouve jusque dans sa narration, le roman s’articulant autour de la famille Otero, propriétaire d’une plantation de canne à sucre - et de la distillerie qui l’accompagne - dans les Caraïbes, un contexte à l’exotisme suranné renforcé par une légende locale, celle d’un butin qu’aurait égaré un corsaire échoué quelques trois cents ans auparavant, poussant aventuriers et explorateurs de tous horizons à quadriller les environs de la ferme, entretenant les rêves d’évasion de la fille de la maison.

     

    Miguel Bonnefoy déploie alors des trésors d’ingéniosité lexicale afin de dépeindre l’univers et les aspirations de cette jeune femme fantasque, héritière d’une affaire familiale prospère qui pourtant ne l’enchante guère : les mots, parfois à contre-emploi, ne se contentent plus d’habiller le réel ; ils en révèlent le merveilleux, le transfigurent. Derrière le roman s’égrène le conte, mi-philosophique, mi-esthétique, filigrane d’un “réalisme magique” cher aux écrivains sud-américains dont l’auteur, vénézuélien, se fait là le digne héritier.

     

    IMG_20171110_113553_256.jpgPas seulement cependant, lui-même le confessant : cette réalité sublimée doit aussi beaucoup aux surréalistes occidentaux - Breton et Gide en tête, de la même façon qu’on ne saurait réduire ses personnages à ses seules origines latines. Parce qu’il consacre des figures féminines de poigne, l’on constate l’influence revendiquée des françaises Bovary et autres Nana, une volonté assumée de tordre le cou aux clichés de ces Vénézuéliennes stéréotypées, réduites à leur seule sensualité exacerbée que fantasme l’imaginaire collectif.

     

    Sucre Noir, oeuvre charnière, s’inscrit ainsi au carrefour des mondes et des cultures, de la même façon que son écrivain, un pied à Paris, l’autre à Caracas, jongle entre ses multiples identités l’oeil pétillant, inlassable jeu de piste dont l’on ressort enchanté, avec l’étrange impression d’avoir finalement retrouvé contre vents et marées, ce trésor ambré pour lequel vibrent les flibustiers du roman : notre âme d’enfant.

     

    IMG_20171110_114011_895.jpg

  • Le collège-lycée Notre Dame crée son premier prix littéraire

    presse.jpgLa Tribune - Le Progrès du 06/10/2017

     

    "L'établissement a placé l'année scolaire sous le signe de lecture et a décidé de créer son prix littéraire Nostra Damus.

     

    Jeudi, les élèves de "Littérature et Société" ont présenté leurs choix de lecture à leurs camarades lycéens, ainsi qu'au groupe des enfants précoces qui a choisi de s'inscrire à l'atelier écriture.

     

    Un beau partenariat avec le Carnet à Spirales

     

    En effet, l'établissement a placé cette année scolaire sous le signe de la lecture et a donc décidé de créer son prix littéraire Nostra Damus, afin d'inciter les élèves à la lecture, à découvrir d'autres vies que la leur grâce à la littérature. "Cette démarche crée un beau partenariat avec la librairie 'Le Carnet à Spirales' car les trois auteurs sélectionnés, Cyril DION pour IMAGO, Miguel BONNEFOY pour SUCRE NOIR et Brigitte GIRAUD pour UN LOUP POUR L'HOMME sont des invités de Jean-Baptiste HAMELIN. Le groupe a déjà rencontré Cyril DION vendredi 29 septembre. Mi-octobre, ils pourront discuter avec deux autres auteurs", explique Mme ARCHER, professeure de français. Bien installés au CDI, pays de la lecture, les élèves de 2nde ont donc présenté chaque ouvrage. Les collégiens et les lycéens ont tout le premier trimestre pour lire et élire leur auteur favori."

  • Les élèves de seconde de Notre-Dame à la rencontre de l'auteur Cyril Dion

    A l'initiative de la librairie charliendine du Carnet à Spirales, les élèves de seconde de l'option « Littérature et Société » de Notre-Dame ont rencontré vendredi 29 septembre dernier l'écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste Cyril Dion, dont le dernier roman, Imago, figure parmi les trois œuvres en lice pour le Prix Littéraire qu'organise le lycée cet automne.

     Afficheblog.jpg

     

    Au cours de cette entrevue publique qui a réuni plus d'une trentaine de lecteurs assidus, Cyril Dion a retracé la genèse d'Imago, consacré à deux frères palestiniens déracinés, l'un tombé dans les affres du djihad s'apprêtant à commettre un attentat sur le sol français, l'autre tentant l'impossible pour le retenir, jusqu'à le suivre à Paris. Un récit brûlant aux enjeux dramatiques, qui n'est pas sans composante autobiographique, nourri de cinq années passées entre Israël et la Palestine, au cours desquelles le romancier rencontrera en 2004 Yasser Arafat, en ce temps président de l'Autorité palestinienne.

     

    Faudrait-il alors voir en Imago un manifeste politique ? Bien loin de là. Plutôt une ode à la liberté et son difficile apprentissage, l'auteur s'attachant à l'intime, à la façon dont ses différents personnages vont finalement s'affranchir de leur déterminisme de naissance afin d'ériger leur propre destinée, au-delà de ces conditionnements social, géographique et culturel originels. Des choix de vie forcément discutables moralement, qui rongent, forgent et transforment au fil du roman les protagonistes, tant l'ivresse de la fuite en avant laisse rapidement place à la nostalgie d'un cadre certes contraignant, mais si confortable intellectuellement.

     

    D'errances en rencontres, il s'agit pour chacun d'atteindre le stade final de son accomplissement personnel, cet imago métaphorique, désignant en biologie l'ultime mue de la larve. Un chemin sinueux sur lequel nous entraîne Cyril Dion au détour d'une interview fleuve, un soir de septembre à Charlieu, loin des sables brûlants de Gaza mais pourtant si près, l'espace d'un instant, des dilemmes identitaires d'un Orient trop souvent caricaturé.

     

    IMG_20171002_172813_058.jpg

  • Les lycéens de Notre-Dame épaulent le Carnet à Spirales dans sa rentrée littéraire

    Affiche - 22 SEPT.jpgLe Carnet à Spirales faisait vendredi 22 septembre sa rentrée littéraire à la salle des réunions de Charlieu. Au programme, une sélection d'une trentaine de titres (à découvrir ici et ) par l'équipe du café-librairie et son gérant M. Hamelin, assistés des lycéens de Notre-Dame dans l'organisation de l'événement, soit les secondes de l'enseignement d'exploration « Littérature et Société » et élèves volontaires des classes de première littéraire et économique et sociale.

    IMG_20170926_162037_009.jpg

     

    IMG_20170926_161925_411.jpgLe public, conquis, a salué la chaleur du service des étudiants, qui ont régalé au fil de la soirée leurs convives d'assiettes de victuailles issues de la production agricole locale, tout en profitant de recommandations littéraires bénéfiques en cet automne éditorial plutôt prolifique – parce qu'il s'agissait avant tout de se repaître intellectuellement.

     

    IMG_20170926_155848_279.jpg

     

    IMG_20170926_161303_216.jpgLes amateurs de littérature auront enfin eu le plaisir d'apprendre que Notre-Dame organise cette année la remise d'un Prix Littéraire. En lice, trois romans issus des rayonnages du Carnet à Spirales, qui accueillera d'ailleurs leurs auteurs dans les semaines à venir : Cyril Dion (Imago) le vendredi 29 septembre à 18h, Miguel Bonnefoy (Sucre noir) le mercredi 18 octobre à 18h30 et Brigitte Giraud (Un loup pour l'homme) le vendredi 20 octobre à 18h30 également. Des rencontres à ne rater sous aucun prétexte donc, au terme desquelles l'oeuvre lauréate se verra récompensée.

    IMG_20170926_153934_465.jpg